L’équitation western

L’équitation western est directement issue du travail du bétail dans les ranchs des Etats-Unis au XIXe siècle, qui consistait à convoyer, surveiller et trier le bétail de manière rationnelle et rapide.

De ce travail est né un dressage propre à mettre en valeur les qualités de disponibilité, d’aisance et de maniabilité du cheval western.

C’est donc dans le but d’affiner ce dressage, qu’ont été instaurées plusieurs épreuves (classe), régies selon des lois bien précises et dont l’ensemble définit ce qu’est de nos jours l’équitation western, aussi bien aux Etats-Unis, qu’au Canada et en Europe.




Le reining

est l'une des disciplines les plus spectaculaires et les plus populaires de l'équitation western. C'est une épreuve dans laquelle on juge les capacités réelles d'un cheval de ranch dans une carrière de travail. Tout a commencé dans ces mêmes ranches, aux USA, où ces chevaux devaient être à la fois rapides, agiles, athlétiques et surtout répondre au moindre mouvement de rêne de leur cavalier. Les temps passèrent et les cavaliers avaient une certaine fierté à montrer les capacités sportives de leurs chevaux. Petit à petit, les challenges du "meilleur cheval" s'organisèrent dans les villages. Les cavaliers les plus talentueux lançaient leur cheval dans des séries d'arrêts et de pirouettes et laissaient le public décider du meilleur cheval...et le reining était né !

DSC00421_1.JPG DSC00426_1.JPG

Dans les concours NRHA, les participants doivent exécuter l'un des 10 patterns (parcours) existants. Chaque parcours comprend au moins 7 ou 8 figures: des grands cercles rapides, des petits cercles lents, des changements de pied, des rollbacks (demi-tour sur les postérieurs), des spins (pirouettes à 360° sur les postérieurs), et les spectaculaires sliding stops (arrêts glissés).

Le système de calcul de points pour les compétitions de reining est reconnu dans le monde équestre pour être l'un des plus justes combinant parfaitement les éléments techniques et stylistiques couplés avec des degrés de difficulté.

Aux USA, l'engouement pour ce sport est flagrant : entre 1990 et 2000 la NRHA USA est passée de 3850 à 10250 membres, et de 100 à 345 compétitions annuelles.

En 2000, un total de 4.5 millions de dollars ont été versés en dotations de concours, contre 1.3 en 1990 !
Dans les dernières années, la NRHA USA est devenue l'une des associations sportives équestres les plus populaires. La NRHA, associée à d'autres associations de race, ont uni leurs forces pour pousser le reining au niveau de discipline internationale, qui devient alors la première discipline western acceptée par l'USET (United States Equestrian Team). Cette reconnaissance marque de manière décisive l'histoire du développement du reining dans le monde entier.

Monter un cheval de reining n'implique pas seulement diriger le cheval, mais inclut aussi contrôler chacun de ses mouvements. Le meilleur cheval de reining est celui qui se laisse librement guider et contrôler par son cavalier sans manifester de résistance apparente, complètement aux ordres. Tout mouvement de l'initiative du cheval doit être considéré comme un manque de contrôle du cavalier. Toute déviation par rapport à l'exact parcours prévu est elle aussi assimilée à un manque et/ou une perte temporaire de contrôle, et constitue par conséquent une faute pour laquelle des points seront perdus en fonction de la gravité de la déviation. Après la déduction des points de pénalité, lors de l'exécution du parcours et pour la prestation générale du cheval, du crédit sera donné à la fluidité, à la finesse, à l'attitude, à l'autorité et à la rapidité d'exécution des différentes manœuvres imposées, tout en utilisant la vitesse, sous contrôle, de manière à augmenter le degré de difficulté et rendre la prestation plus agréable et captivante pour le public. La directive officielle pour l'application des règles pour juger sera conforme aux règles reprises dans le manuel pour juges de la NRHA.


Le cutting


Le cutting est une épreuve où l'on juge l'aptitude du cheval au tri du bétail dans une arène. Le cheval doit agir sur ses seules initiatives, dès que le veau est sorti du troupeau, pour l'empêcher d'y retouner. Toute action du cavalier sur le mors étant pénalisée.

000_0017_1.JPG 000_0017_2.JPG


Le Trail

Cette épreuve est susceptible d'intéresser beaucoup de cavaliers d'extérieur.

 

L'objectif est de confronter le cheval et le cavalier à un certain nombre de situations qu'ils pourraient rencontrer au cours d'une randonnée : obstacles à franchir et manœuvres à effectuer.  

Cette discipline est à l'origine du PTV dans le Trec. Contrairement au PTV, cette épreuve n'est pas chronométrée. On privilégie la qualité du parcours par rapport à sa rapidité d'exécution. Le cavalier effectue l'intégralité du parcours monté.

Certains obstacles sont obligatoires et sont systématiquement présents dans tous les parcours :

 

 

- Une porte à ouvrir, à franchir et à refermer (la porte est parfois une corde tendue entre deux poteaux). Une fois la main posée sur la porte, le cavalier ne doit pas la lâcher avant qu'elle ne soit refermée sous peine de pénalité.

Trail3_1.jpg 


 

-  Franchir des barres au sol (un minimum de 4). Elles peuvent être éventuellement surélevées.

-  Reculer (entre des cônes, entre des barres droites, en L, en U, ….).

 
Trail_1.jpg

 


Exemples d'autres obstacles facultatifs parfois rencontrés :


-  Serpentine entre des obstacles à réaliser au pas ou au trot

-  Transporter un objet d'un endroit à un autre

-  Franchir un pont de bois

-  Enfiler et enlever un imperméable

-  Enlever et remettre des objets dans une boîte aux lettres

-  Pas de côté sur des barres (on trouve systématiquement cet obstacle dans tous les concours)

- Tourner dans un carré réalisé avec des barres

- Etendue d'eau à franchir : fossé ou petit étan(rarement mis en œuvre pour des raisons évidentes)

- Tout autre obstacle que l'on pourrait vraisemblablement rencontrer au cours d'une randonnée